Infographie : Comment réussir son projet web ?

Infographie : Comment réussir son projet web ?

Depuis plusieurs années, nous faisons un constat assez négatif sur la façon dont sont pensés et lancés la plupart des projets web. Cette infographie simple a pour objectif d’illustrer ce constat.

Même s’il est toujours plus enthousiasmant, le métier de webmarketeur est devenu plus complexe ces dernières années. D’une part parce qu’il se doit d’intégrer de plus en plus de composantes (les nouveaux canaux webmarketing comme certains réseaux sociaux côtoient ceux qui perdurent comme le référencement naturel), d’autre part parce que les stratégies webmarketing qui fonctionnent sont mues par une synergie entre les différents leviers.

Nous avons donc réalisé une infographie pour expliquer notre vision d’un bon projet web.

Infographie projet web

Sur le web comme ailleurs, c’est l’échange qui crée la vie. S’évertuer à acquérir un grand nombre de contact sur un réseau social est webmarketinguement inutile si on ne place pas le contenu produit sur le site à sa base.

Ces fondations et la construction de cette synergie nécessitent inévitablement que des ressources compétentes soient coordonnées dans l’intérêt commun du projet.

Il y a quelques années, le « webmaster », présent en interne dans toute structure souhaitant développer une activité sur le web, était le garant de cette construction synergique. Aujourd’hui, les webmaster n’existent plus que très rarement, le plus souvent chez les pure players.

La réflexion est prioritaire

La plupart des projets web sont alors construits sans réflexion maîtrisée car pilotés par un porteur de projet dont le web n’est pas la spécialité, et confié par lui à l’un des acteurs web identifié : webagency, agence de com, développeur indépendant, référenceur, ou autre…

Mais quoi qu’en disent ces acteurs, ils ne peuvent être spécialistes de tous les domaines du webmarketing pas plus qu’ils ne peuvent l’être des métiers de leurs clients.

Le positionnement de l’agence 404 est d’être ce maître d’œuvre garant des résultats concrets d’un projet.

Ce « chef d’orchestre » qui va permettre tout autant l’élaboration d’un projet web aux fondations solides que le développement synergique d’un webmarketing efficace et rentable.

Synergie sans laquelle un projet web n’a rien de concrètement roiste et n’a donc rien d’une réelle opération webmarketing rentable.

La rentabilité avant tout

C’est cette évidence que nous avons souhaité illustrer ici. Un projet web défini par un porteur de projet n’étant pas constamment plongé dans le webmarketing roiste, et confié à un et un seul des acteurs du web, sera inévitablement orienté sur des fondations qui deviendront aussi insatisfaisantes qu’inexploitables.

Confié à une agence de communication, le projet quittera naturellement la sphère marketing et la culture du résultat. Confié a un référenceur, le projet ne sera au mieux qu’une machine a produire de la visibilité Google.

Confié a un développeur, le projet manquera d’envergure. Confié a une webagency, le projet s’en trouvera réduit au périmètre technique du web classique.

Un projet pérenne et roiste est forcément né d’une réflexion en amont, d’échanges sur les résultats attendus, les contraintes et les opportunités.

Un projet web pérenne et roiste va se construire logiquement, en suivant un plan de bataille établi et réfléchi pour capter sa cible et la transformer en prospects qualifiés et en clients.

Un projet pérenne et roiste mesure les investissements sur l’ensemble de son développement et de sa vie, et les mets en regards des bons objectifs attendus.

Un projet web pérenne et roiste se construit comme la maison de vos rêves : en établissant d’abord ce qu’elle doit être, en planifiant sa construction, en mettant en œuvre une synergie de ressources et de compétences, et en la vivant enfin au jour le jour pour en profiter toujours davantage et durablement.

Ce webmaster d’hier, c’est le responsable webmarketing externe que vous n’avez pas forcément et que l’agence 404 se propose d’être. Celui qui vous permet de faire la différence entre un site statique sans résultats concrets et un projet web toujours de plus en plus profitable.

Comme le maître d’œuvre vous permet de faire la différence entre la maison de votre vie et les quatre murs décevants qu’un artisan aura du mal à monter sur la base d’un vague croquis.

11 commentaires pour “Infographie : Comment réussir son projet web ?”

  1. Très bon article !!

    Je le recommande vivement !

    Notre agence de communication a trois corps de métier : Graphisme, Développeur et référenceur ! De ce fait, nos clients sont toujours satisfaits !

  2. L’infographie est claire, nette, précise au moins pas de bla bla à tout va et un dessin vaut mieux qu’un long discours surtout en définissant concrètement les objectifs du site web.

  3. Bonjour,
    Je suis chat (siamois de surcroît) et j’apprends tout par moi-même afin de publier mes écrits sur le web. De ce fait, des articles comme le vôtre me permettent de réfléchir à long terme, à anticiper l’avenir.
    Par contre, il me manque du vocabulaire deux-pattes : que signifie « roiste » ? J’ai cherché dans un dictionnaire et je n’ai pas trouvé cet adjectif qualificatif.

    Je ne suis pas en accord avec votre analyse quant à sa simplification via la maison comme support.
    Un site, il me semble (contrécrivez-moi si vous n’êtes pas d’accord) que c’est d’abord du contenu (c’est du moins ce que je lis partout). Autrement dit, de la vie, des mots qui portent sens. Alors, certes, chaque site est différent et se diffracte en arborescences différentes suivant la valeur qu’il veut donner à son contenu, mais pour ce qui concerne les murs, il est toujours possible de déménager…

    Autrement dit, la raison d’être du site engendre son contenu, structuré par la pensée de ce contenu, et la présentation peut ensuite changer en fonction de l’évolution de ce site.
    Ceci n’est que mon humble avis de chat. Je ne suis pas un deux-pattes et votre retour m’intéresse.

  4. Bonjour Eschylle.
    Merci pour ce commentaire. Je suis très admiratif de votre parcours, et je ne vous cache pas que c’est la première fois que je réponds au commentaire d’un katpat. Je suis très impressionné…
    Concernant l’adjectif qualificatif « roiste », il n’est en effet pas dans le dico. Donc, en pratique, il n’existe pas. Paf.
    Pour en donner le sens, il faut savoir qu’il est étymologiquement composé de « roi » (prononcer « errohi ») qui signifie retour sur investissement (dont l’acronyme devrait donc être RSI, mais c’est déjà pris, alors ROI en anglais dans le texte : Return On Invest) et de « ste » qui signifie rien de particulier sinon le recours à une entourloupe pour en faire un adjectif qualificatif.
    Quant au problème de murs… et bien… tel que je le vois, il y a murs et murs.
    Disons les murs porteurs et les cloisons.
    Tous deux sont importants, peut-être davantage même que le contenu (crucial aussi, je vous l’accorde).
    Les murs porteurs, dans notre image, représentent l’architecture du site. Il faut construire un site dès sa conception pour que l’architecture des pages, perçues notamment par les robots, soit efficace en terme de référencement et de navigation (d’une page d’entrée portant une expression large aux pages de sortie portant une expression de longue traine). Là, si on n’a pas les bons murs porteurs… il n’y a plus qu’à déménager en effet.
    Les cloisons, dans notre image, représentent la structure des pages du site. Ok, le contenu est crucial pour capter du trafic. Mais le webmarketing est composé de deux actions : 1) capter du trafic, 2) transformer ce trafic en quelque chose de pertinent. (dans une logique ROIiste donc). Cette seconde notion est cruciale. Sans transformation, rien de bien probant… Et il est nécessaire d’avoir la bonne disposition, la bonne structure, la bonne ergonomie (pont commun au site web et à la maison) pour permettre à l’internaute de faire ce qui est souhaité. Là, en effet, on peut, sur un même site, casser quelques cloisons et en monter d’autres sans tout raser.
    C’est mon humble avis d’humain. En espérant que ce retour vous apporte réponse.

  5. Bizarrement cette infographie est très contestée sur Twitter (d’ailleurs je me retiens très fort…) et pas dans les commentaires du blog… Les commentaires négatifs seraient-ils modérer?
    Aller, je vais argumenter un peu… En tant que webmaster muti-casquette (SEO chez l’annonceur et webmaster Freelance) j’estime que les sites que je fait ne sont pas simplement « très bon marché »… je mobilise un ensemble de compétences et je tiens comptes des problématiques de référencement (optimisation on site), d’ergonomie et de design à mon échelle… Certes, je ne me considère pas comme webdesigner ou DA mais, je n’ai pas l’impression de faire de la m****…
    Je pense que vous ne vous êtes pas fait des copains avec cette infographie … dommage!

  6. Bonjour Nat.
    On ne cherchait pas à fâcher… mais en effet, on a des retours négatifs sur la chose de la part de confrères sur twitter (non-non, on n’efface aucun com ici).
    Je trouve que c’est assez logique en fait. Je le regrette évidemment, je trouve les réactions trop épidermiques, mais c’est logique. Et ça mérite explication parce que c’est tout l’inverse de ce qu’on pense dire avec cette infographie !…
    Nous avons fait cette infographie pour expliquer à des porteurs de projets, qui n’ont pas de ressources web interne, qu’ils devraient percevoir leur projet non pas comme répondant à un critère unique, mais comme une synergie de compétences/leviers/actions. (Donc tout à fait ce que vous faites ! vous êtes tout à fait dans la seconde partie de l’infographie et pas dans la première, nous sommes bien d’accord.)
    Par expérience, vous le savez bien aussi (mais pas forcément vos futurs clients) c’est cette synergie qui fonctionne : faire appel à un bon dév, en lui donnant les bonnes indications, puis à un bon rédacteur, au fait du web, puis un bon graphiste, en lui donnant l’esprit du projet, puis à un référenceur, en lui spécifiant bien les attentes, etc… c’est ce qui fonctionne. C’est certain.
    Pourtant, beaucoup de porteurs de projets viennent avec une idée unique et préconçue : « je veux un site pas cher » ou « je veux du référencement et c’est tout » ou « je ne veux que des messages com et pas de bla-bla » ou « je veux un site super-original et beau, le reste on s’en fout », etc…
    L’infographie vise ces porteurs de projets là, et essaie de leur faire comprendre que voir leur projet web sur un seul critère n’est pas la bonne façon de s’assurer un site qui rapporte, ou atteint ses objectifs.
    Je pense que cette infographie, simpliste il est vrai, très imagée comme elle le doit, et donc très caricaturale, permet de bien faire passer ce message.
    Maintenant, lu par un pro du seo, un pro du rédactionnel, ou un bon indépendant, elle est forcément contestable, parce que justement caricaturale.
    Je comprends bien qu’un dev indépendant puisse s’inscrire en faux sur cette infographie en disant : je pense à tout moi, je fais de bons sites synergiques dans l’intérêt du client. C’est parfait ! Mais il aurait peut-être encore plus de clients si tous les porteurs de projets le cherchaient lui, webagency poyvalente et intelligente, plutôt qu’un autre développeur beaucoup moins bon mais moins cher parce qu’il ne fera que le code qu’on lui demande voire des solution de production automatique de site à la volée que l’on connait…
    Cette infographie s’adressent aux porteurs de projets, pour tenter de leur faire comprendre qu’ils doivent justement s’adresser soit à plusieurs spécialistes qui travailleront bien ensemble, soit à des prestataires réellement multi-casquettes.
    Elle ne dit pas du tout que tout les développeurs sont des ânes, mais que si les porteurs de projets ne se tournent que vers un seul spécialiste obtus d’un seul domaine fermé, leur projet ne fonctionnera pas.
    Bref, je pense que cette infographie rempli son rôle en caricaturant et imageant tout cela aux yeux des porteurs de projets… et je comprends bien malheureusement qu’elle puisse heurter des prestataires. Mais vraiment : les bons, les multi-casquettes comme vous, ne devraient vraiment, vraiment pas l’être, car ils sont justement la solution que l’on conseille dans cette infographie !!
    On essaiera de contenter tout le monde la prochaine fois… on apprend de chaque expérience… je cogiterai encore davantage au fait de produire quelque chose de beaucoup plus universel la prochaine fois, promis.

  7. Je ne doute pas de l’intention derrière cette infographie, mais c’est quand même un peu maladroit. Dans tout les cas, ça vous donnera l’occasion de nous faire un petit article sur la « communication de crise » ou sur la « gestion d’un bad buzz » même si vous n’en êtes pas encore là…
    C’est sûr qu’une synergie de plusieurs prestataires spécialisés ou une équipe d’agence apporte une autre dimension à un projet web, mais bien souvent quand un client fait appel à un indépendant, c’est surtout parce qu’il n’a pas le budget pour s’offrir une agence… Alors choisir le bon prestataire, c’est indispensable mais quand le client n’a aucunes notions de web, marketing ou SEO … mission impossible! Les 3/4 de mes clients me disent : » je vous ai choisi parce que j’aime bien votre site »… OK, mais un bel emballage n’est pas forcément la garantie des compétences…

  8. Nat et Renaud
    Je ne rentrerai pas dans une querelle d’experts, je n’en serais pas capable.
    Par contre laissez moi vous faire un petit commentaire sur vos réflexions.
    Pour Renaud d’abord, j’ai toujours appris que tout discours commercial devait éviter de critiquer la concurrence peut être que le ton de ton infographie devrait être plus positif.
    On gagne plus à développer ses points forts qu’à souligner les points faibles des autres.
    Pour Nat ensuite, je suis conseil d’entreprise pas du tout dans le web mais dans la finance et je dois la plupart du temps intervenir dans des entreprises en difficulté. Je constate malheureusement trop souvent que les outils de vente sur le web sont inefficaces (moi je peux me permettre de le dire). Enfin, dans nos activités de conseil, seul le résultat, chez nos clients peut nous servir de vecteur commercial. Plus facile à mesurer pour la finance, mais vous pouvez demander à vos clients de les mesurer ce que fait Renaud si je comprends bien. Ce résultat mesuré vous servira de référence. Enfin j’ai probablement un âge très supérieur au vôtre peut être même que j’ai vécu vos deux vies, laissez moi vous dire que les querelles à coup de tweet n’apportent rien ni à une profession ni à ses acteurs. Notre respect mutuel entrainera le respect de nos clients ou prospects. Ne tombons pas dans le syndrome des politiques qui sont en train de tuer la démocratie en la caricaturant.
    Bon courage et bonne réussite à vous deux et faites en sorte de me faciliter la tâche en aidant vos clients à réussir.

  9. Super infographie !
    Cela me rappelle une méthode que nous sommes en train d’expérimenter !
    A très bientôt

  10. Bonjour,

    Tout d’abord, l’infographie est très sympa au moins sur la forme 🙂
    Sur le fond, je suis dans le même cas que Nat, un indépendant « couteau-suisse » 😉 Même en étant seul, on peut trouver des solutions malines, peu coûteuses pour un résultat qui sera beau et performant. Alors bien sûr, on ne peut pas monter sur des projets trop ambitieux mais pour des clients qui souhaitent avoir un site pour leur entreprise ou un site marchand traditionnel, il n’est pas forcément nécessaire de faire appel à une armada d’expert. Trouver la bonne personne peut suffire.
    Au delà de ça, je pense que dans les faits, faire appel à plein de prestataires différents implique des budgets supplémentaires. Or un client n’est pas forcément Crésus…

  11. Bonjour,

    Bravo pour l’infographie, elle est jolie 🙂

    Par contre, j’ai le sentiment que vous tirez des conclusions un peu hâtives… c’est très catégorique. Personnellement, je suis Consultant SEO dans une agence et Freelance. Au sein de mon agence, nous avons des clients de réputation internationale, plutôt très satisfait, puisque nous avons toutes les expertises nécessaire en interne pour justement « réussir les projets web » de nos clients. Par rapport à ma « casquette Freelance », étant à la base plutôt intégrateur Web, j’ai réussi à créer des boutiques E-commerce sur Magento très rentable, et elles sont loin d’être que « visible » ou « pas belle »…

    Bref, en tout cas, félicitions, je pense que vous avez réussi à faire un peu le buzz 🙂

    Bonne continuation.

Laissez un commentaire

  • Categories :
  • 188f8051aa74d2ae3ef9efe79e809ee7============