Les réseaux sociaux : une vraie révolution ?


Titre accrocheur, je n’ai pas le droit à l’erreur. Les réseaux sociaux ont métamorphosé l’utilisation du web. L’internaute n’est plus uniquement lecteur mais devient acteur. Il participe, il intervient, il propose même son propre contenu et ce de manière simplifiée. On dit même que l’internaute est devenu « intelligent ». Autre constat, les contenus se déportent et le petit article que vous avez rédigé sur votre site web se retrouve à droite à gauche, sur Twitter, Facebook et consœurs. Autant de raisons pour nous de vous proposer de vous former aux réseaux sociaux pour y voir plus clair.

Les réseaux sociaux ont-ils réellement révolutionné le web ? Où se positionner ? Quel temps y consacrer ? Qui choisir pour s’occuper de votre communication 2.0 ? Décortiquons ensemble ce sujet épineux…

Au sommaire :

  1. Réalité des réseaux sociaux
  2. Des outils divers selon des objectifs précis
  3. Du temps à consacrer
  4. Qui pour s’en occuper ?

Réalité des réseaux sociaux

Au départ, les réseaux sociaux ont été présentés comme des outils faciles d’utilisation et qui allaient nous apporter de la visibilité gratuitement. Le « earned media » ou « visibilité gratuite » résonnait dans toutes les bouches de marketeurs. Malheureusement, c’est une fausse réalité, aujourd’hui.

Révolution des réseaux sociaux

Révolution ou non ?

La visibilité gratuite existe sur Facebook entre 0% et 6%. Pour en obtenir davantage, il faudra mettre le main à la poche. Twitter peine à trouver des solutions pour attirer les marques et il est difficile pour ces dernières d’obtenir un véritable gain de visibilité sur ce réseau. Les réseaux sociaux comme Facebook, notamment, veulent maximiser leur revenu. C’est le jeu me direz-vous…

Les règles changent mais la finalité restent la même !

Cependant, attention, les réseaux sociaux ne vont peut-être pas avoir l’effet que vous désirez. Une étude auprès de grandes marques a démontré que le référencement  leur avait apporté 10% de nouveaux clients. A l’inverse, les réseaux sociaux leur en ont apporté que 0,25%. Alors on fait quoi ? On oublie les réseaux sociaux ? Je ne pense pas !

Il faut penser autrement l’utilisation des réseaux sociaux et intégrer différemment le web social dans sa stratégie globale !

La première des choses à faire est de toujours remettre en cause son produit. Il est beau et grand pour vous, il ne l’est peut-être pas pour tous. Si vous n’arrivez pas à convaincre sur les réseaux, ce n’est pas parce que ça ne marche pas (peut-être pas) mais peut-être parce que votre produit n’est pas bon. Il faut réévaluer vos services / produits et faire ressortir vos valeurs, vos atouts.

Apportez la preuve de votre expertise et montrez votre exception !

Ensuite, vous devez changer votre état d’esprit et devenir vraiment social. Apprenez à comprendre vos clients et apprenez à parler avec eux. Ils ne sont pas stupides, le penser serait déjà une erreur.

La troisième et la plus importante des choses est d’écouter votre cible. Chaque jour, elle parle, elle intervient, elle vous propose des idées, elle aime, partage, tweet… Soyez à l’écoute et récoltez cette information qui gravite autour de vous. Communiquer deviendra facile et améliorer vos services et produits deviendra une évidence !

Faire grandir une communauté est difficile et obtenir un grand nombre de fans se paie à coup de billets pour Facebook ou à l’aide de grands jeux concours. Des actions chères, délicates et qui n’apportent rien car sur les réseaux sociaux, l’intérêt est d’être social. Une relation engagée avec vos clients est aussi délicate à créer mais pourtant bien plus intéressante !

Vous avez compris ? Maintenant, c’est à vous de jouer !

Des outils divers selon des objectifs précis

Pas simple de faire son marché parmi la multitude de plateformes sociales existantes. Tout le monde veut se lancer sur Twitter, Facebook… Les gens entendent tout et son contraire sur Google+. Des réseaux comme Instagram, Pinterest ou Slideshare restent très flous pour la plupart des professionnels. Et nous n’avons pas encore abordé des réseaux comme Tencent QQ (système de messagerie chinois), RenRen (réseau social chinois) ou encore Nimbuzz (service de multi-messagerie sociale).

Le choix dépendra de votre activité, des moyens (humains et financiers) que vous êtes prêts à consacrer, de vos connaissances sur les réseaux que vous souhaitez utiliser mais surtout de vos objectifs et de votre cible. Le petit tableau qu’on enseigne chaque année en école de communication ou de marketing n’est pas fait pour vous ennuyer, bien au contraire. Trop souvent oublié par la plupart des marques / entreprises qui se lancent sur les réseaux (la tête baissée), une matrice peut s’avérer très utile pour bien se positionner avant de lancer sa communication sur les réseaux sociaux.

Les objectifs peuvent être multiples : améliorer son référencement, améliorer la notoriété de votre marque, communiquer auprès de vos clients, générer du trafic sur son site web…

Objectifs par medias sociaux

Trouvez vos réseaux suivant vos objectifs

Du temps à consacrer

Ne pensez pas qu’une fois vos réseaux choisis, la bataille est gagnée. Si vous n’êtes pas prêt à y consacrer assez du temps vous allez vous planter.

Imaginons que vous ayez à gérer un blog pour le contenu et que vous souhaitez utiliser Facebook pour générer du trafic, Google+ pour améliorer votre référencement et Twitter pour votre branding. Allons plus loin et disons que vous allez rédiger 2 articles par semaine (c’est ce que nous faisons à l’Agence 404). Vous pensez réellement que 4h dans la semaine seront suffisantes pour réaliser les tâches suivantes :

  • Veille (concurrent, marché, nouveauté…)
  • Rédaction & publication sur le blog (je parle d’article de fond et pas d’actualité de cinq lignes)
  • Publication et partage sur les trois réseaux cités précédemment
  • Gestion de communauté et relationnel

On ne parle même pas d’une communication développée et évoluée. On parle de strict minimum pour avoir un soupçon de retour sur investissement. Pour autant, ces (quelques) tâches peuvent déjà prendre du temps même pour un professionnel alors quid du stagiaire mais nous en reparlerons.

Mettez les moyens adéquats pour réussir sur ces plateformes sociales ou oubliez ces supports. Dans le cas n°2, vous serez surement perdant sur le long terme. C’est à vous de choisir !

Qui pour s’en occuper ?

Une question que de nombreux dirigeants se posent. Qui va gérer la communication de mon entreprise sur les réseaux sociaux que je ne comprend même pas moi même…

Un stagiaire, c’est pas cher et souvent rentable ?

Faux !

Stagiaire CM

Un stagiaire vient dans votre entreprise pour apprendre, se former, découvrir ou si il est bon pour confirmer et parfaire ses connaissances. Deux stagiaires sur dix seront rentables dans une entreprise.

Vous êtes vous posé la question :  » Qui va gérer vos réseaux et votre blog quand votre stagiaire retournera à l’école ? « 

On attend souvent trop d’une personne en stage et pourtant les entreprises sont frileuses à l’idée de laisser la communication de l’entreprise à un stagiaire et on peut le comprendre. Malheureusement, ces dernières vont, pour se protéger, brider les missions de leurs stagiaires.

Or, un communiquant, un CM (appelez-le comme vous le voulez), se doit d’avoir le champ libre. Regardez du côté de chez Oasis avec YouPomm, du côté de la SNCF (compte parodique) avec le tweet du sourcil, ou encore avec US Airways (non, ok ! On oublie US Airways). Là-bas, les community managers ont les moyens et la possibilité de s’exprimer. Ils peuvent réaliser des prouesses, faire le buzz, étonner, attirer… Bref, ce style de communication est payant mais il doit être compris et accepté par les dirigeants d’entreprises.

Un professionnel avec de l’expérience dans le domaine ?

Faux !

Professionnel CM

Je vais essayer de faire plus court que pour les stagiaires. Pensez-vous vraiment, qu’il existe aujourd’hui des professionnels avec de l’expérience dans le domaine des réseaux sociaux ? Pour info, Facebook est réellement arrivé en France en 2007 et Twitter en 2009.

Si vous recevez le CV d’un community manager avec une quinzaine d’années d’expérience dans les médias sociaux, vous pouvez commencer par vous méfier.

Une personne créative et innovante ?

Pas mal !

C’est avant tout ça un Community Manager : une personne créative, innovante et surprenante. Un professionnel qui analyse et se remet en cause. Un Community Manager est curieux et veille régulièrement au travail mais également chez lui car c’est un passionné dans l’âme. Il a un bon relationnel et il sait communiquer, on pourrait même dire que c’est un commercial.

Il s’adapte vite à un nouveau secteur de métier. Sa plume est remarquable (certains critères évidents comme les fautes d’orthographe peuvent même, parfois, devenir un véritable parti pris). Jetez un œil au compte de @baborlelefan qui ose faire des fautes d’orthographe pour surprendre.

Enfin, un Community Manager est autonome et il peut s’occuper de la communication des entreprises s’il a toutes les cartes en main (ton de l’entreprise, les contacts importants, des infos sur les conflits externes et internes, les sujets à éviter…).

Prenez le temps pour choisir la bonne personne : un CM ne se choisit pas à la volé !

Info : nous recherchons un stagiaire en community management. Je me contredis donc ? Pas vraiment, la différence avec vous (je parle pas des autres agences digitales et web), c’est que nous, nous pouvons former et apprendre beaucoup de choses à un futur stagiaire « community manager ». N’hésitez pas à faire un tour sur notre espace recrutement, si vous êtes intéressé.