E-commerce : « la tentation Marketplace »


Les marketplaces constituent aujourd’hui un levier de performance commerciale particulièrement tentant pour les e-commerçant. Petit tour d’horizon…

MarketPlace : Définition

Evidemment, mon sens inné de l’originalité me pousse à commencer par une définition. Alors, une MarketPlace (ou place de marché chez Molière) est un espace virtuel où acheteurs et vendeurs se rencontrent, et dont la gestion, la sécurité et l’organisation sont assurées par un opérateur tiers (Merci le JDN).  C’est ok pour vous ?

Plus simplement, un gros e-commerçant (prenez Amazon par exemple) met à disposition son site à d’autres e-commerçants plus petits en se commissionnant sur les ventes, généralement entre 10 et 15%.

Le e-commerçant qui choisi de vendre sur une place de marché doit générer et envoyer un « flux produit » en adéquation avec les contraintes techniques de la plateforme. Ensuite, il conserve la gestion des commandes, la logistique et le service client.

place de marché et e-commerce

« Hey toi là.. ça te dirait de goûter à mes 10 millions de visiteurs mensuel ? »

En France, les places de marché les plus connus sont : Amazon, CDiscount, Rue du Commerce, Ebay, Priceminister, La Fnac…

Intérêt pour les acteurs…

  • Pour l’internaute, l’intérêt est de pouvoir disposer de produits toujours plus nombreux sur son site préféré, lui permettant ainsi de mieux comparer les prix et de faire son choix.
  • Pour l’e-commerçant, la place de marché permet de toucher une audience plus large, à moindre coût. Bien souvent, la présence sur les marketplaces démultiplie les ventes !
  • Pour la marketplace (qui est souvent un e-commerçant à l’origine), l’intérêt est de proposer un catalogue plus garnis, avec des prix encore plus bas. Devenir une marketplace constitue une diversification stratégique du Business Model.

… et les limites

Personnellement je vois plusieurs limites à l’utilisation des Places de Marché :

– La rentabilité : avant de se lancer tête baissée, il est déterminant de calculer les marges à conserver pour être rentable. Le volume de ventes générées étant souvent impressionnant, on peut vite avoir l’illusion de se rattraper sur le volume… mais ce n’est pas forcément vrai dans les faits.

– L’impact en SEO : L’ajout de votre catalogue sur une place de marché peut avoir un effet pervers sur votre stratégie SEO. Si Google trouve les mêmes produits chez vous et chez Amazon… Lequel choisira-t-il d’afficher en premier ? Il serait dommage de rémunérer un acteur tiers pour des ventes que vous auriez effectuées In Fine.

– L’impact sur l’activité : Quand on choisit d’être référencé sur les marketplaces, il faut être prêt à absorber la charge de travail ! L’impact est souvent fort sur la logistique et le service client.

– La contrainte technique : Proposer son catalogue sur une place de marché n’est pas vraiment une promenade de santé. En particulier quand on sait qu’elles ont chacune leur préférence en matière de gestion de flux ! Il vous faudra donc un outil pour assurer la bonne diffusion de votre catalogue ET un collaborateur capable d’intervenir et d’échanger « techniquement » sur la gestion du flux.

Les solutions du marché

Après avoir identifié le besoin technique auquel devais répondre un e-commerçant pour diffuser ses produits sur chaque place de marché, de nombreuses sociétés ont vu le jour pour proposer des solutions Saas de référencement produit. De façon schématique, le e-commerçant soumet son flux produit à l’outil qui le diffuse sur les marketplaces en ayant pris soin de l’adapter aux contraintes techniques des différentes plateformes.

Voici les outils que je connais, pour les avoir testés :

  • Lengow : Des amis nantais! Probablement leader du secteur en France, dont l’objectif est de devenir leader sur le plan européen cette année. Déjà 90 000 flux gérés pour environ 600 millions de produits!
  • Iziflux : Basée à Béziers, cette société a lancé sa solution en 2007. Ils revendiquent aujourd’hui plus de 200 clients et proposent une formule d’accompagnement globale à 500€/mois. (Pratique pour les gros, très gros catalogue)

Bien sur il y en a d’autres… (Beezup ou même Shopping Flux) mais n’ayant pas testé leur solution, je me garderai bien d’en parler !

Il m’est difficile de recommander la « meilleure solution » car selon moi, elles sont techniquement proches. Mon conseil alors : prenez le temps de comparer, de tester et d’apprécier la qualité de la relation !

Pour continuer votre lecture : http://www.cree1site.com/shopping-flux/